Igor est arrivé

Nous y voilà, après quelques reports de dates pour aller chercher Igor, nous partons guillerets mais fébriles pour Clermont-Ferrand, un dimanche dans le froid de février.

Nous décidons de prendre le temps… nous voyageons en Oui-bus, 10 heures de trajet qui nous permettent de nous déconnecter et de rêver à notre futur.

A notre arrivée, A. ( le premier  »papa » du bus ) nous accueille chaleureusement. Il nous a préparé un bon feu de bois dans le bus, pour y passer la nuit.  Notre impression est toujours la même, un bien-être qui nous enveloppe entièrement. Nous célébrons le moment et « l’adoption » en prenant un verre et une bonne soupe près du feu avec A. et P. ( la première « maman »d’Igor ).

Nous avons prévu de partir le lendemain matin.

Mais la neige en décidera autrement…Pas le moment de prendre des risques ! Le mardi, la météo nous dit : non , pas encore… le mercredi, non plus, du verglas…

Passée la première heure du matin à réfléchir au départ éventuel, le reste de la journée se passe dans la sérénité; et finalement, c’est bien; cela nous permet de nous retrouver un peu dans un « espace temps » libre de nos activités habituelles de la maison. Nous avons commencé à vivre dans le bus.

Dedans il fait bon et chaud; nous avons de quoi faire…, à manger et à boire.
A. nous ravitaille en bois et charbon, notre poêle crépite et nous réchauffe le corps et le coeur……
J’ai un bon livre avec moi : Le pouvoir du moment présent d’Eckhart Tolle  .La lecture de ce livre dans ces conditions apporte une dimension encore plus particulière.

Dehors, il fait froid et beau, il y à de la neige partout ; nous nous baladons dans la campagne; nous découvrons un petit village avec un de ces endroits que j’affectionne particulièrement, un petit bar/restaurant/épicerie/tabac.Le patron fait tout ! Nous prenons un café et discutons avec lui de la météo et de la raison de notre présence. Il nous souhaite un bon retour.

Nous continuons notre balade et finalement nous retournons y prendre le repas de midi. Le patron, sourit et nous installe  à deux places précises , en nous disant :   » là vous verrez, vous serez bien  » , sans nous en dire plus.  A côté, de nous, 2 tables sont dressées…Nous avons mangé en regardant d’un œil attendri 21 petits bout de choux de moins de 6 ans prendre leur repas. Sympa la cantine de l’école ! Chaque jour une vingtaine d’enfants mangent ici, avec quelques tables de personnes habituées, des ouvriers et des gens de passage comme nous.

Tous les jours, nous célébrons notre éventuel départ avec A. et P. 🙂
De beaux et bons moments de tendresse, d’authenticité et de rigolade.

Jeudi, il y à un créneau d’accalmie météo; c’est parti !

Pascal prend le volant, me regarde d’un œil un peu dubitatif :
« On y va ? t’es sûre ? »

D’abord, faire le plein. Quatre kilomètres plus loin, une station, et déjà , une personne vient nous voir, curieux . Igor attire les gens, c’est comme promener un chien, ça invite à la discussion 🙂 .

Dehors, il fait très froid, et dans la cabine aussi ! pas de chauffage (on saura plus tard que ce n’était qu’un fusible à mettre). Le joint de la porte à l’avant s’est  déboité, on ne manque pas d’air ! Pascal a une couverture sur les jambes, et moi un sac de couchage sur le dos !

Pas de ventilation non plus sur le pare brise qui se couvre de gel au fur et à mesure que nous roulons… le soleil nous vient en aide et on y voit bientôt plus clair.
Un petit arrêt casse croûte, Pascal remet le joint en place, oui c’est mieux !, un tour du bus pour contrôler, tout est OK, On continue.

Pascal se familiarise avec le levier de vitesse; il prend contact avec le corps d’Igor, son cœur, son moteur.
Pascal a un grand sourire, et me dit:  » j’suis bien, j’ai un bus, j’suis content !  » C’est un réel plaisir de le voir ainsi, et qui, j’avoue, me rassure car j’ai un peu les chocottes.

Pascal: « Tu veux rouler ? »
Moi: « Heu, pas encore… » je préfère t’observer. Oui, les chocottes.

Igor et Pascal nous amènent à bon port d’une traite, sans problèmes; dans les montées il y va pépère Igor  (clin d’œil à sa première vie : les transport du Périgord 🙂 ), mais il monte !

Dans la soirée, nous arrivons chez nous;  arrêté au milieu de la rue avec les warning, nous déplaçons notre voiture et celles des voisins pour parquer Igor. Quelques passants regardent intrigués:  un scooter qui passe par là s’arrête, nous demande si nous avons un problème et si on a besoin d’aide.  Les voisins d’en face:  »c’est pour partir en vacance ? »; notre voisine d’à côté qui rentre chez elle, je l’invite à monter et lui explique notre projet de vie dans le bus; elle s’extasie, on la sent rêveuse, cette dame de plus 75 ans nous dit qu’elle aurait bien aimé cette vie.  J’aime ces interactions, ces discussions; elles sont pleines de rêves et de poésie , spontanées et authentiques.

J’ai senti et compris que ces quatre jours passés avec Igor lui ont permis de faire le lien ente A. et P. et nous;  Igor avait besoin de prendre confiance en nous afin de nous adopter. La séparation d’avec A. et P. a été plus douce; ils ont laissé, confiants, leur « bébé ».

Le lundi suivant, Pascal emmène Igor dans un hangar où ils vont pouvoir tous les deux discuter 🙂 . Quelques remises en état, un check up afin de partir sur les routes paisiblement.

A suivre…

Bon… on est parti; on espère juste arriver ! 😁

Publié par Muriel Baillet sur jeudi 8 février 2018

 

Si vous voulez nous laisser un petit commentaire, cliquez sur le titre de l’article…. 😉

19 réponses sur “Igor est arrivé”

  1. Qu’il est bon de voir le courage et le bonheur des gens qui mettent tout en œuvre pour accéder à leur rêve .
    Un long et beau chemin à vous

  2. Le début du voyage est très rêveur, on a envie de participer et de monter dans le bus. J’ai hâte de lire la suite et de me faire voyager dans mes pensées. Merci Adriana

  3. Les débuts de l’Aventure sont très intéressants et agréables à lire et je suis sûre que la suite rst déjà attendue 😉
    Bonne Route les Z’Amis 🚌🎶

    1. Zêtes fous juste comme j’aime!! Muriel, je suis impatiente de lire les prochaines nouvelles, tu es douée pour l’écriture et tu pourrais aussi envisager d’écrire un vrai livre pour toucher et laisser envisager à plus de monde la possibilité de vivre autrement « même chez nous » (y’a pas que les amerloques ou les australiens!). A bientôt…

  4. Quelle belle aventure , les cousins 😀. Bravo vous me faites rêver! De vous lire, je voyage aussi. Merci de partager tout ça avec nous. Bisous et bonne route 😊

    1. Bonjour cousine, ça y est le grand pas a été fait….. nous sommes heureux de pouvoir vous faire partager nos aventures.
      Fin mai , nous quitterons l’appartement….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *