Vivre dans un bus ?? Quelle idée ! ?

A bientôt 54 ans, alors que nous pourrions profiter d’un vie pépère et mémère, nous voilà embarqués dans un drôle de projet !

Tout quitter (ou presque) pour vivre dans un bus ??!

Parcourir les champs, les vrais, et ceux des possibles, l’aventure, la découverte d’autres horizons et d’autres vies, d’autres Hommes, la Nature et tous ses Êtres vivants.

Le faire maintenant !  car cela ne doit pas être un regret.

Compliqué ? L’Univers s’occupe de tout ! Voyez plutôt….

Plus tôt….On remonte le temps….en 2014, l’idée nous est venue, on ne sait d’où, d’ailleurs…

Cette idée, germée dans notre esprit, il fallait bien en faire quelque chose….

Telle une petite graine déposée sur un terreau bio…. elle commence  à prendre racine. Au fil des mois, elle est arrosée avec amour par les sources  des amis, de nos enfants; réchauffée par le soleil des globes trotteurs en van, camion et autres véhicules ou habitations en tout genre, elle pousse tranquillement.

Puis, il y à  les périodes d’hivernage, ça pousse moins, mais cela est nécessaire pour faire de bonnes racines. Pascal se demande, c’est une bien belle idée mais comment quitter mon travail, se délester de toutes les charges financières de notre vie de sédentaire, quel véhicule prendre, car/bus ou camion ?  Pascal parcoure tous les blogs du monde sur le sujet (des soirées entières, longues, longues soirées seule…) .

Après de longues, longues, longues tergiversations, et les listes des pour et contre, c’est bon ! on  prends la première décision, on optera pour un bus, non un camion, ! non un bus ! etc….

Mais lequel ??!!  autres longues, longues , longues soirées de recherches pour Pascal….

Un bus aménagé ou un bus à aménager ? oui, idem…. Faute d’avoir du temps, on opte pour un aménagé; cela allégera la tâche de Pascal qui gère le côté technique. Où trouver du temps après 45 heures passées au taf ?

Ok, maintenant il faut agir, avancer sur le chemin de notre idée.

1er acte: Passer le permis poids lourd ! ben si , faut le permis poids lourd pour conduire un bus aménagé .

Le centre nerveux central de Pascal commence à faire quelques soubresauts; il chauffe à force de se demander comment  pouvoir vivre cette nouvelle vie; comment quitter le travail, comment subvenir à nos besoins primaires que sont manger, avoir chaud et avoir une vie sociale ?

Pendant ce temps, on continue de chercher. Nous faisons les petites annonces; de belles occasions, peut être ratées mais on ne le saura jamais, et puis …. voilà une annonce qui nous plait vraiment bien. Un bus pépère aménagé avec beaucoup de goût et de poésie.

On pose le 2ème acte ! on visite le bus un 15 août , très chaud. Dès le premier pas posé dans ce bus, je me sens sereine, un bien être sans questionnement. Nous passons la journée avec A. et P., le jeune couple qui, trois ans auparavant, a transformé ce bus de transport scolaire en nid douillet d’amoureux; ce bus qui se prénomme Igor (petit souvenir de son passé, professionnel des transports du Périgord, vous avez suivi ?? ).

Ce n’est pas une vente ordinaire, A. et P. veulent prendre leur temps, parler de nos projets avec le bus; voir avec d’autres personnes qui veulent également tenter l’aventure. Eux, envisagent aussi un nouveau projet de vie, en sédentaire dans les principes de la permaculture; tiens tiens…. nous, nous vivons en plein dans les principes de la permaculture . Après un repas pris ensemble et de beaux échanges intergénérationnels (ils pourraient être nos enfants), nous les quittons, la tête pleine de belles images mais aussi d’interrogations.

Nous avons fait un grand pas, et nous sommes devant une presque réalité; l’idée, la pensée, a pris forme; est-ce vraiment ce que nous voulons  ? les doutes, les peurs resurgissent…. allez zou !, on les renvoie dans leurs grottes. On continue….

Nous restons dans l’attente d’une réponse de leur part, et je dois le dire, de notre part aussi. Cela nous chamboule; la chaleur monte, le stress aussi, les tensions entre nous, les désaccords, les peurs de Pascal qui prennent le dessus. Nous décidons de continuer des visites pour nous aider à y voir plus clair dans nos envies de changement de vie. Je commence à faire le Design de notre nouveau projet de vie (terme usité en Permaculture qui pourrait se traduire par  »projection » réaliste et concrète).

Ça chauffe toujours pour Pascal qui a du mal à visualiser notre avenir,  tellement que L’Univers ne supportant plus son état de sur-stress, décide de le mettre dans un chaos décisionnel. Un 26 août, alors que nous devions prendre la route pour voir un autre bus, une perte de conscience lui provoque un black out mémoriel de quelques heures, qui resteront à jamais dans les tréfonds de l’inconscient. Pompiers, hôpital, examens, congés de maladie, le corps et l’esprit sont épuisés (et moi aussi…). Le burn out s’est immiscé ; il avait pourtant émis des signes depuis plusieurs mois, voire années mais n’avait pas été pris au sérieux ; eh bien oui, la voilà, la réponse donnée à la question de Pascal :  » Comment je vais pouvoir quitter mon travail ? » (qui soit disant au passage, ne le satisfaisait plus depuis longtemps).

3ème acte: Pascal ne sait pas s’il reprend le travail ou pas. Des  »Et si , et si , et si etc…. » prennent toute la place dans les conversations. Je me sens proche du burn out du couple moi aussi  mais je tiens bon. Pascal prends du repos, et puis prend la décision: Je n’y retournerai pas. Tout s’enclenche comme si l’Univers savait très bien comment il fallait faire (bien sûr qu’il le sait !). Après tous les rendez vous d’usage, la solution tombe: préavis et licenciement .Cela nous permettra d’avoir un peu de temps devant nous pour prendre notre envolée.

On y est maintenant ! plus de retour en arrière possible. Ça fiche un peu la trouille, mais on ne peut pas reculer, on ne peut qu’avancer et d’un pas léger et allègre afin d’avoir l’élan suffisant pour passer le fossé qui va de l’avant à l’après.

Les semaines, les mois passent; quelques coups de fils pour savoir ce qu’il en est pour Igor. Nous attendons …. puis faute de réponse, fin octobre, on se dit que ce n’est plus la peine d’attendre. On se dit même que finalement, on peut aussi aménager un bus nous même; et c’est reparti pour des recherches et des visites, mais rien qui vaille le coup et le coût … On se met d’accord pour arrêter d’attendre et appeler A. et P. pour leur dire qu’on change d’avis; et là….

4ème et dernier acte : l’Univers s’invite à nouveau: rendez vous téléphoniques manqués, des discussions avec un ami, et puis on se dit:  »Et zut, on lâche prise, on verra bien ». Le lendemain, A. et P. nous appellent pour nous dire que nous étions ceux qui collions le mieux à Igor.

C’était comme une évidence; je ressens la même sérénité que le jour de la visite .  Nous célébrons la nouvelle avec joie.

Les semaines et les mois passent….encore, mais tout est parfait ! Nous voilà près du but; nous passons les fêtes de fin d’année et nous  approchons du jour où nous allons chercher Igor.

A suivre…

 

Si vous voulez nous laisser un petit commentaire, cliquez sur le titre de l’article…. 😉

 

Une réponse sur “Vivre dans un bus ?? Quelle idée ! ?”

  1. Bonjour Igor et compagnie!
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de réussite dans votre projet! Il paraît un peu fou, c’est vrai mais il est plein de fraîcheur et de culot. Il fait rêver aussi et cela est formidable.
    Le texte est plein de fraîcheur et on a envie de vous accompagner et de suivre votre périple! Bravo pour votre aventure singulière !
    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *